Qui sommes-nous ?

La congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur

La congrégation de Notre-Dame de Charité du Bon Pasteur, connue sous le nom de congrégation du Bon Pasteur, rassemble aujourd’hui près de 3500 sœurs et 15000 partenaires laïcs présents dans 70 pays sur les cinq continents. Les sœurs et les laïques œuvrent pour aider les femmes et les enfants en difficultés pour plus de justice sociale et économique, plus particulièrement pour la défense du droit des femmes. À ce titre la congrégation est reconnue ONG auprès de l’ONU.

Ses origines

En 1829, sainte Marie-Euphrasie Pelletier, alors sœur de la congrégation Notre Dame de Charité fondée par saint Jean Eudes (1601-1680) vient établir une maison dans l’ancienne manufacture de toiles indiennes de Tournemine, sur les lieux de l’actuelle Maison-Mère.

La mission des sœurs est d’accueillir et d’accompagner les femmes en difficulté. Quelques années plus tard, sainte Marie-Euphrasie sollicite l’aide du pape pour créer à Angers un généralat permettant de regrouper l’ensemble des maisons sous un gouvernement central et de mettre en commun les ressources humaines et matérielles. C’est la naissance de la congrégation de Notre Dame de Charité du Bon Pasteur. Elle s’appuie sur la spiritualité de saint Jean Eudes, qui avait une dévotion particulière aux Cœurs de Jésus et Marie. Du vivant de sa fondatrice la congrégation connaît un développement considérable car à sa mort en 1868, elle est à la tête de 110 maisons dans le monde entier.

La mission aujourd’hui

La mission des sœurs reste la même qu’à son origine : accompagner et venir en aide aux femmes et aux enfants en difficultés. Aujourd’hui, les personnes sont accompagnées dans leur environnement familial et social. Les sœurs s’efforcent d’éveiller en ceux et celles blessés par l’injustice, l’oppression et l’aliénation, un sens profond de leur richesse et de leur dignité. Des programmes spécifiques s’adressent directement aux femmes et aux enfants pour leur permettre de développer leur potentiel individuel. Le Commerce équitable permet également aux femmes d’acquérir une autonomie. Nouer et entretenir des relations avec les gens est essentiel pour les aider à transformer leurs vies. Les sœurs travaillent à la justice et la paix, en participant au changement des systèmes et des structures qui condamnent certaines personnes à la marginalité et à l’exclusion.

Elles travaillent auprès d’une grande diversité de personnes :

– jeunes en difficultés ;

– mères célibataires, femmes et les enfants victimes d’abus, femmes victimes du trafic d’êtres humains, femmes en situation de prostitution ou qui ont quitté cette situation, les familles ayant besoin d’aide et de conseils ;

– sans-abri, prisonniers, émigrés, personnes déplacées, demandeurs d’asile, etc.
La collaboration avec les associations laïques s’est considérablement renforcée et les sœurs se sont également adaptées à la mondialisation avec tous les problèmes qui lui sont liés, tels que le trafic d’êtres humains, la dégradation de l’environnement et des ressources, etc.

Les sœurs qui mènent un style de vie contemplatif soutiennent l’ensemble du travail des sœurs apostoliques et de leurs collaborateurs laïcs par la prière.

La Maison-Mère

Fondée en 1829, elle regroupe aujourd’hui, outre le Musée.

Une communauté internationale actuellement composée de 15 sœurs de 11 pays : l’Argentine, la Corée du Sud, le Costa Rica, la France, l’Inde, l’Irlande, le Liban, Madagascar, le Sri Lanka, le Pérou et la Suisse. Les sœurs animent l’Hostellerie Bon Pasteur et le Centre Spirituel à Angers.

Le Centre Spirituel, qui assure la coordination de l’animation spirituelle pour la congrégation : retraites, pèlerinages, accompagnements individuels et de groupes, journées de réflexion, sessions de formation, etc. Son rôle est de partager le patrimoine spirituel humain et historique de la congrégation et d’encourager la recherche.

L’Hostellerie Bon Pasteur, qui accueille toute l’année individuels et groupes dans une ambiance conviviale et propice à la sérénité.